Comment l’odeur influence-t-elle nos émotions ?

L’influence de l’odeur sur nos émotions est une question passionnante. A la fois évidente et mystérieuse, nous avons tous une odeur qui nous apaise, une odeur qui nous rappelle notre enfance ou encore une autre qui nous révulse.

Dans cet article, nous allons voir quels sont les mécanismes scientifiques qui décrivent comment une odeur peut nous influencer avant de nous intéresser au fonctionnement des souvenirs olfactifs.

L’impact des odeurs sur notre humeur

Les plantes aromatiques peuvent-elles vraiment modifier nos humeurs ?
L’odorat est notre sens le plus archaïque, primaire le plus profond et probablement le plus puissant. Agissant bien souvent à un niveau inconscient, c’est un accès direct à notre cerveau. Il est en contact avec les zones impliquées dans les émotions, les comportements, les apprentissages et la mémoire. Quand nous respirons une fragrance, les molécules odoriférantes atteignent le bulbe olfactif puis l’amygdale (siège des émotions et des peurs) et l’hypocampe (siège des mémoires profondes). Les odeurs éveillent certaines zones du cerveau pour les stimuler. On ne prend réellement conscience de son importance et de son lien intense avec nos émotions que lorsqu’on souffre d’anosmie (perte de l’odorat).

De ce fait, l’odorat a un pouvoir très puissant sur notre comportement, puisque le cerveau transcrit immédiatement le message olfactif en sensation de plaisir ou déplaisir. Cela déclenche non seulement un comportement (expression faciale marquant la joie ou le rejet, changement du ton de la voix) mais aussi une série de réactions de notre organisme (modification du rythme respiratoire, cardiaque ou encore de la tension musculaire). Le cerveau peut alors déclencher une réponse comportementale appropriée (fuite, sourire, séduction, ravissement…) et une action spécifique sur l’organisme (énergisante, relaxante, calmante…).

Des études démontrent que des substances aux odeurs semblables ont des molécules de forme similaire, et, par conséquent, que la forme d’une molécule détermine la nature de son odeur. Le potentiel olfactif des huiles essentielles peut donc être étudié en fonction de la famille biochimique à laquelle elle appartient, ce qui permet de déterminer intuitivement le potentiel olfactif d’une huile essentielle en regardant sa famille biochimique – pourvu, bien sûr, que la personne en apprécie déjà l’odeur, condition sine qua non à son efficacité.

« On a découvert que certains organes, comme le cœur ou les ovaires, ont des récepteurs capables de répondre aux molécules odorantes. Nous savons aussi que certaines odeurs peuvent susciter des réponses émotionnelles capables d’augmenter transitoirement la libération de certains médiateurs cérébraux tels que la sérotonine, ce qui favorise une humeur positive et la construction d’un état de bien-être ». – Professeur Arnaud Aubert, docteur en neurosciences et en psycho-physiologie, Université de Tours

Respirer des odeurs pour nous apaiser, booster notre énergie ou encore favoriser l’estime de soi… Chaque flacon d’huile essentielle contient la quintessence du végétal avec son biotope : un mélange complexe avec ses caractéristiques biochimiques, parfois plusieurs centaines pour une seule fleur ! Une fois inhalée, l’huile essentielle délivre ses nombreuses propriétés. Elle peut être respirée sur un mouchoir, sur un stick inhalateur, ou diffusée via un diffuseur à nébulisation en respectant des règles de fréquence et durée de diffusion.

Souvenirs olfactifs

Le mécanisme de l’odorat est identique pour chaque individu, mais les scientifiques pensent que la perception de l’odeur et son interprétation sont propres à chacun.

Au-delà de leurs compositions chimiques et de leurs caractéristiques directement observables, les huiles aromatiques offrent cet étrange pouvoir d’entrer en résonance avec l’histoire intime et l’univers très personnel de chacun. La puissance d’évocation des odeurs pour réveiller des souvenirs enfouis. Grâce à cet effet de la réminiscence d’une vision, certaines plantes réduisent le stress ou l’anxiété.

On peut désigner les trois activités principales des huiles essentielles :

  • moléculaire (antiseptique, cicatrisante),
  • bio-électronique (énergétique),
  • mémorielle (plus subtile, liée au passé et au contenu affectif de chacun).

C’est par cette troisième activité que chaque individu lie une odeur à « un contenu affectif », une émotion, avec des connexions plus ou moins forte et des niveaux de ressentis correspondants.

Ainsi, une odeur n’est pas simplement identifiée pour sa qualité olfactive (sucrée, orientale, herbacée, …) mais également pour son pouvoir évocateur d’émotions, les souvenirs olfactifs.

Sur le même sujet

None found

Photos : pixabay.com, unsplash.com, www.neuromedia.ca

Sources:

  • Le guide des émotions olfactives – Équilibre et bien-être grâce à l’aromachologie, Patty Canac, Ambre Editions, 2019
  • Le Guide de l’olfactothérapie : Les huiles essentielles pour soigner notre corps et accompagner nos émotions, Guillaume Gérault, Catherine Béhar, Jean-Charles Sommerard, Albin Michel, 2011
  • L’olfactothérapie – Sentir pour mieux se sentir, Alain Faniel, Amyris, 2012
  • Guide d’Olfactothérapie – Le pouvoir des parfums sur nos émotions, Sophie Macheteau, Rustica Editions, 2019
  • Aromachologie, les parfums du bonheur, www.psychologies.com
  • Aromachologie, quand les odeurs nous font du bien, www.maitrezen.fr
  • Aromachologie : Sentir pour mieux se sentir, blog.lca-aroma.com
Top